Sanctuar

În această zi de toamnă, ne regăsim cu toţii la cimitir. Mă gândesc la vremea de odinioară, văzând agitaţia copiilor noştri în timpul acestei ceremonii atât de serioase. Mă înclin în faţa crucii proaspăt înfiptă, unde tocmai au fost depuse rămăşiţile dragei mele bunici.

sub o ploaie fină
sicriul alunecă fără zgomot –
trandafiri boţite  
Lire la suite

Publicités

Sanctuaire.

En cette journée d’automne, nous  nous retrouvons tous au cimetière. Je pense aux temps d’autrefois, en voyant nos enfants s’agiter durant cette cérémonie si sérieuse. Je m’incline devant la croix fraîchement plantée où l’on vient de déposer la dépouille de ma chère grand-mère.

sous une fine bruine
le cercueil glisse sans bruit –
roses fripées
Lire la suite

La plaine

Devant moi s’étend la plaine où j’ai passé mon enfance. Ce vaste territoire m’attire et me fascine depuis toujours. Il semble d’abord mouvant dans le lointain, comme si l’horizon cherchait son chemin. Puis, en se rapprochant, on distingue clairement les sillons marron laissés après le déchaumage, comme de fines vergetures sur un corps récemment accouché. Je sens monter cette odeur forte de la terre humide et fraîchement labourée, elle frémit dans mes narines. Je me souviens comme elle m’accompagnait durant les longues heures passées à me balader çà et là, à pied ou en vélo. Point minuscule dans l’immensité qui m’entoure, je contemple cette mer étale qui m’entraîne au loin dans une rêverie douce-amère. C’est ici que sont mes racines. Un vol de corbeaux passe au loin. Bottes aux pieds, je m’élance dans les champs, où l’empreinte des pneus du tracteur a tracé de profondes meurtrissures. De grosses mottes de terre collent à mes pas. Le voyage commence… Lire la suite

L’orthoptiste – Ortoptistul

C’est un bel après-midi de juillet, j’ai décroché un rendez-vous pour 14h00. Cela fait longtemps que j’attends cet entretien. Je roule tranquillement sur le boulevard extérieur et je trouve facilement une place pour me garer. Je ne suis pas en retard. J’entre dans la salle d’attente, celle-ci est vide, je suis seule. Une porte s’ouvre sur le côté, un homme en blouse blanche m’accueille. Nous discutons du motif de ma venue. Il me demande mon âge, hoche la tête, et m’invite à prendre place.
Toute la salle est plongée dans la pénombre, seule une lampe éclaire son bureau. Il m’explique ce que je dois faire : vous voyez la cage, vous voyez le lion, maintenant mettez le lion dans la cage. Un peu stupéfaite, je le regarde sans vraiment bien comprendre. Pourtant, petit à petit, mon cerveau réagit. Voyons voir, comment faire entrer le lion dans cette cage…  Lire la suite

Les chemins du rêve

Dans le petit atelier, la femme brune retire ses chaussures et s’assied par terre, puis elle pose un oreiller à côté d’elle. Elle se concentre et commence à esquisser quelques traits d’un geste assuré sur la toile noire aux dimensions amples, posée à même le sol. Son front se plisse, sa main tient fermement le pinceau. Au centre, des lignes rouges se regroupent formant un motif en croix. Puis des traits blancs viennent compléter ces lignes rouges. Peu à peu, le relief apparaît, avec çà et là, quelques points blancs… d’infimes traces. Elle s’allonge maintenant sur le côté, et coince l’oreiller sous son aisselle pour pouvoir peindre plus à son aise. Le silence règne. Lire la suite

Te iubesc !

Cuvintele îmi ţâşnesc spontan de pe buze. Sunt mirată, tremur. Mi-e teamă deodată, teamă că cineva mă aude, că o să vină să mă caute. E vreo greşeală ? În spatele meu, uşile s-au închis, groase, neclintite. Nu vreau să mă întorc. Zidurile penitenciarului sunt apăsătoare şi umbra lor pare că mă ameninţă. Totuşi imensitatea cerului din faţa mea mă  cheamă. Sunt ameţită. Pentru o clipă, nu mai ştiu cine sunt. Lire la suite