La plaine

Devant moi s’étend la plaine où j’ai passé mon enfance. Ce vaste territoire m’attire et me fascine depuis toujours. Il semble d’abord mouvant dans le lointain, comme si l’horizon cherchait son chemin. Puis, en se rapprochant, on distingue clairement les sillons marron laissés après le déchaumage, comme de fines vergetures sur un corps récemment accouché. Je sens monter cette odeur forte de la terre humide et fraîchement labourée, elle frémit dans mes narines. Je me souviens comme elle m’accompagnait durant les longues heures passées à me balader çà et là, à pied ou en vélo. Point minuscule dans l’immensité qui m’entoure, je contemple cette mer étale qui m’entraîne au loin dans une rêverie douce-amère. C’est ici que sont mes racines. Un vol de corbeaux passe au loin. Bottes aux pieds, je m’élance dans les champs, où l’empreinte des pneus du tracteur a tracé de profondes meurtrissures. De grosses mottes de terre collent à mes pas. Le voyage commence… Lire la suite

Publicités

Les chemins du rêve

Dans le petit atelier, la femme brune retire ses chaussures et s’assied par terre, puis elle pose un oreiller à côté d’elle. Elle se concentre et commence à esquisser quelques traits d’un geste assuré sur la toile noire aux dimensions amples, posée à même le sol. Son front se plisse, sa main tient fermement le pinceau. Au centre, des lignes rouges se regroupent formant un motif en croix. Puis des traits blancs viennent compléter ces lignes rouges. Peu à peu, le relief apparaît, avec çà et là, quelques points blancs… d’infimes traces. Elle s’allonge maintenant sur le côté, et coince l’oreiller sous son aisselle pour pouvoir peindre plus à son aise. Le silence règne. Lire la suite

Triste papier

Dans la grande ville en béton, qui fut une cité nouvelle sortie des champs, je ne reconnais rien. Une chape de tristesse s’abat sur mes épaules tandis qu’une vague de chagrin obscurcit mon regard. Notre petit groupe arrive en dernier à l’église, nous prenons place sur le premier banc. Comment vais-je supporter la cérémonie ? Le corps secoué de sanglots, je tâche de faire face, même si je m’effondre misérablement au vu de tous. A mes côtés, j’entends la voix de soprano de mon amie chanter les louanges à Dieu. J’admire son courage, sa voix, vacillante au début, s’affermit rapidement. Depuis le premier rang, le cercueil me fait face. Il semble être si près … Je ne peux pas retenir cette vague de chagrin, elle est plus forte que moi et me submerge. Une fois la cérémonie terminée, nous sortons en dernier. Je dois me reprendre, car il me faut saluer les gens qui nous ont connus. Sur le parvis, tous nous regardent. J’essaie d’échanger quelques paroles, mais ma voix se brise, je reste muette, murée dans ma souffrance. Puis sous un ciel radieux, le cortège vêtu de noir se reforme et s’éloigne à son tour. Nous rentrons à pas lents. Lire la suite

Roselière

Dans la nuit profonde, la barque glisse adroitement le long de la roselière. Çà et là, quelques cris sonores et aigus retentissent sur un ton monocorde, des bruants se rassemblent pour la migration. Le vrombissement de leur vol hésitant s’éloigne peu à peu. Des foulques se reposent sur les berges, cris rauques et éternuement alternent pendant un long moment. Maintenant, la barque s’éloigne des rives et le marais se fait plus sauvage. A faible hauteur, un busard, les ailes en « v » et les pattes pendantes, regagne son dortoir. Les canards sauvages ne sortiront plus de leurs abris, un léger vent de face commence à souffler. Le clapotis de l’eau berce doucement l’embarcation. Couchée à son bord, une jeune femme au teint diaphane s’est assoupie. L’étoile du berger brille de mille feux dans ce ciel de fin d’été. La lune s’est faite discrète, on ne voit que son halo propice à la rêverie. La jeune femme s’est endormie.

théâtre d’ombres –
sur les berges silencieuses
chatoiement de la lune

Nicole Pottier

*

Publié dans la revue « L’Echo de l’étroit chemin »

Couleurs

Dans sa vie, il pleuvait, il ne faisait que pleuvoir. Triste Macondo où l’on purge cent ans de solitude… Un jour, pour s’évader du quotidien et de sa monotonie, il décida de peindre. Il enfila une vieille blouse, rassembla couleurs et pinceaux et barbouilla une palette. Puis il commença à peindre les vitres de la fenêtre.
Comme il rêvait d’immensité, il dessina la mer. Il choisit un bleu profond, le bleu maritime. Un bateau à voile blanche apparut bien vite car le vent soufflait toujours très fort. On ne voyait ni rivage, ni aucune plage de sable fin. Rien qui limitât son imagination. Il voulait dépasser les marges, mais il se heurta au cadre.  Lire la suite

Le cri

Sur la page blanche, une vieille femme dessine de petits traits noirs, avec soin et méticulosité. Au fur et à mesure, des formes apparaissent. Par la fenêtre se profile un clair soleil d’hiver. La lumière aveugle la blancheur de la feuille, accentuant le relief des noirs bâtonnets.

asile de vieillards –
le grand-duc hulule plus fort
lorsque vient le soir

L’enfant est sur le point de naître. Dans la salle d’opération, les murs blanchis à la chaux reflètent les néons incandescents. C’est alors que paraît enfin, diaphane et fripée,  la fille première-née. L’aube dévoile l’éblouissement des corps entremêlés, et découvre à leurs regards émerveillés les premières lueurs du matin. Dehors, il neige.  Lire la suite